lundi 18 septembre 2017

La nuit des béguines // Aline Kiner

La nuit des béguines

Présentation des éditeurs :
En 1310, alors que les querelles religieuses et politiques allument le bûchers, poursuivie par un mystérieux franciscain, une jeune femme en fuite trouve refuge au béguinage royal du Marais. Mais une célèbre béguine est bientôt soupçonnée d'hérésie. Une intrigue captivante portée par des héroïnes attachantes et insoumises, étonnamment modernes, qui donne à voir et à comprendre une époque et une communauté méconnues : vivant et documenté, un roman historique passionnant.
Mon avis :
Chaque année je pars à la découverte d'un genre de littérature, d'une nationalité, d'un thème ou  d'un lieu. Cette année c'est le roman historique sous toutes ses formes, un genre aussi vaste que riche. Une année ne suffira sans doute pas mais il faut bien commencer.
En cette rentrée littéraire, La nuit des béguines a été l'un des premiers titres que j'ai eu envie de lire, d'abord parce qu'il entre dans mon domaine de découverte mais aussi parce que j'affectionne particulièrement l'histoire des béguines depuis ma lecture de La femme au miroir d'E.E. Schmitt. J'ai d'ailleurs eu la chance de visiter deux béguinages en Belgique : celui de Bruges et celui de Gand , avec pour ce dernier une visite guidée inattendue et très instructive.
Pour ceux qui l'ignorent les béguines étaient des femmes célibataires ou veuves qui souhaitaient vivre librement, sans l'autorité d'un mari ou de Dieu. Elles vivaient en communauté dans des lieux appelés "béguinages" en respectant un mode de vie monastique sans pour autant avoir prononcé leurs vœux. En somme elles étaient libres de travailler, cultiver la terre, ou apporter des soins aux malades. Elles étaient également libres de retourner dans le monde, à savoir, se remarier.
Autant dire qu'elles étaient les seules femmes jouissant d'une totale liberté, échappant à toute forme d' autorité masculine, quoique conseillées par l'Ordre des Franciscains. Une insoumission qui en irritait plus d'un, voyant d'un mauvais œil l'existence d'une telle communauté. Et c'est ici leur extinction inéluctable qui nous est livrée.
Avec la plus douce et la plus juste des plumes, malgré la rudesse de la vie médiévale, Aline Kiner nous rappelle ou nous apprend, en écrivant ce roman, qu'un béguinage existait bel et bien au cœur de la capitale. Partant du procès de Marguerite Porete, béguine valencienne accusée d'hérésie et condamnée au bucher pour ses écrits, l'auteur  nous rappelle les dernières années des béguines grâce aux portraits de femmes dignes, solidaires, aimantes et courageuses.
L'histoire est un puzzle qui se reconstitue au fil des personnages. Ainsi Ysabel, béguine sage et guérisseuse, recueille devant la porte une jeune femme frêle et apeurée. L'apprivoisant avec patience, Ysabel apprend à déchiffrer Maheut la Rousse, doublement inquiétée par des noces qu'elle fuit et la couleur flamboyante de ses cheveux dans un temps où les buchers s'enflamment au nom de la purification. Se faisant mission de la mettre en sécurité, Ysabel fera appel à la solidarité de cette communauté. Au nom de la femme et de la vie, d'autres béguines aideront Maheut la Rousse à échapper à son destin. Mais bientôt l'avenir de la jeune femme  est compromis par l'arrivée d'un étrange franciscain encapé venu mener à bien les requêtes de son maître. Tous seront hélas reliés à  Marguerite Porete  la mystique, des ses premiers à son bûcher.

Je vous conseille ce roman, tant pour son envoutante écriture que pour son excellent travail historique. On vit, on entend, on sent Paris au Moyen-Age, ses odeurs, ses cris, ses commerces, ses intrigues, ses peurs collectives, ses ignorances tout en infiltrant le quotidien méconnu des béguines, fait de douceur, de retenue et de sagesse.
Un thème fort qui sort du lot en cette rentrée littéraire qui préfère les sujets de société actuels, quoique... la condition féminine à travers les âges est intemporelle.
Quant à Aline Kiner, c'est une plume que je vais suivre de près dans l'actualité littéraire.

Bonne lecture à tous et belle découverte à vous ...



12 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ton avis et tu me donnes ainsi envie de découvrir ce livre. Je ne connaissais pas du tout les béguinages. Merci. Violaine (les lectures de lailai)

    RépondreSupprimer
  2. Je te remercie, pour ma part je ne connaissais pas l'auteur et c'est une très belle découverte. A bientôt Violaine.

    RépondreSupprimer
  3. Trés passionnée par les romans historiques (tu me connais ....) je découvre le béguinage que je ne connaissais pas. je suis partante pour le découvrir. merci Jess. a trés bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup, je pense que cet univers féminin et feutré a tout pour te plaire !

      Supprimer
  4. Encore une fois, ce billet est remarquablement écrit et donne instantanément l'envie d'en savoir plus. Merci beaucoup. Dans nul doute je devrais me pencher sur l'histoire de ces femmes uniques à leur epoque.
    Encore merci june. Je note ce roman dans ma PAL ; -).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris le temps de me lire, les béguines sont une communauté féminines fascinantes quand on sait qu'elles étaient libres . J'avais à cœur de réussir mon article pour lui faire honneur, je suis ravie de voir qu'il t'a convaincu ;-)

      Supprimer
  5. J'ai déjà lu une chronique sur ce livre et je dois dire qu'il me fait bien envie Je n'apprécie pas forcément les romans historiques ais le thème de celui-ci m'attire beaucoup.

    RépondreSupprimer
  6. C'est un roman historique qui est assez court si l'on compare avec d'autres romans du même genre donc il est sans doute plus accessible si ce n'est pas ton genre de prédilection.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connaissais pas du tout les béguines, merci pour cette découverte! C'est la première fois que je lis une chronique sur ce livre et tu as attisé ma curiosité !
    Les romans historiques sont riches et nous permettent de nous instruire sur l'histoire tout en étant romancé, j'avais du mal au début, et plus ça va, plus je les aime. On en retire plus qu'un "bon moment passé à lire" :)

    RépondreSupprimer
  8. Comme je le dis dans mon article, moi je me lance tout juste dans la découverte de ce genre et je m'y retrouve complétement, c'est plus riche, plus grand, plus fou !! Ce petit quelques chose qui te fait traverser les âges me plait beaucoup beaucoup. Merci d'être venue me lire ;-)

    RépondreSupprimer
  9. La nuit des béguines est dans ma liste d'envies depuis sa sortie. ;) Le titre m'a tout de suite interpellée ainsi que la sobriété de la couverture, qui n'en dit pas trop et m'a donné envie de m'intéresser au roman. J'ai lu le résumé et je me suis dit que ce roman était carrément fait pour moi. Visiblement, ce roman en vaut la peine. ;) Je pense le lire en 2018.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce billet qui m’a permis de découvrir ce livre vers lequel je ne serais pas allée autrement et qui est une belle découverte.

    RépondreSupprimer