lundi 9 avril 2018

Vingt-quatre heures d'une femme sensible / Constance de Salm


constance de salm june histoire de plumes

Présentation des éditeurs :

Ce roman épistolaire publié en 1824 se présente comme une variation sur la jalousie et ses affres. Notre héroïne tente de comprendre et de calmer les mille émotions qui l'assaillent.
Au cours d'une nuit d'insomnie et d'une journée perdue à guetter un signe de celui qui semble-t-il vient de la trahir, elle ne trouve d'autre consolation que de lui écrire.

Mon avis:

J'ai vraiment envie de faire connaître ce petit roman classique, il est court certes, mais l'auteure y a mis l'essence pure de ce qui assaille tout être humain lorsqu'il est percuté par la trahison. Un soir, elle voit son amant, son amour, s'éloigner au bras d'une femme distinguée, la laissant seule à sa calèche. N'étant pas son épouse légitime elle tombe dans une grande douleur de ne pouvoir aller demander des comptes et soulager son cœur. 
A partir de cet instant et de retour chez elle, notre amante rédigera quarante-quatre lettres   en l'espace de 24 heures, lettres qu'elle destine à son amant et dont le ton varie au gré de l'inconstance de son ressenti. Le texte est à la fois candide et âpre, comme un deuil affectif.
D'abord elle lui dit le chagrin brutal de l'abandon, puis la colère qu'elle nourrit contre lui, incarnation de sa douleur et de son  remède. Dans un moment serein, confiante, elle se persuade qu'il ne peut y avoir de mal à ce départ, qu'une explication honnête lui sera forcément fournie au sujet de cette femme. Mais le doute revient à l'assaut formé par les images de son amant et de cette femme, des conjectures qui lui assènent un dernier coup au paroxysme de sa peine. Viendra enfin l'acceptation, puis la vérité,  attendue autant que redoutée.
Quarante-quatre lettres pour donner à entendre le cœur d'une femme, aussi impudique qu'il peut être au bord de l'abandon, aussi inconstant qu'il peut être, troublé de mille doutes. Un état des sentiments féminins, classiques et pourtant tellement actuels.

A la fois féministe, femme de lettres et femme de coeur Constance de Salm ou Constance de Theis, est très moderne pour son époque, d'ailleurs en 1799 elle n'hésite pas à rompre un mariage arrangé pour se lier  par amour en 1803 au Prince de Salm. 
Elle écrit ce roman pour mettre à l'honneur la complexité du cœur et des sentiments des femmes, leur fragile confiance tout autant que leur détermination sans faille.
Un petit bijou, un terme qui revient souvent pour parler de ce roman, un petit bijou donc, qu'il faudra lire en ouvrant grand votre empathie, alors peut-être, comprendrez-vous le cœur des femmes.

Belle lecture à vous, 
June - Histoire de plumes.


 Lu dans le cadre du challenge des thèmes, organisé par A little-bit-dramatic.





11 commentaires:

  1. Tu le vends tellement bien! J'ai adoré lire ton avis, je vais bien fouiller ton blog pour sortir des titres de ma pal ^^ .Je ne m'étais pas intéressé à la vie de l'autrice, je le ferais désormais. Ça permet de mieux comprendre l'univers et le texte... Merci beaucoup:).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci a toi , merci de me l'avoir offert c'est grâce toi que je la découvre . La préface et la postface nous disent tout de Constance de Salm et du contexte de l'écriture de ce petit roman. Merci encore tu as fait un excellent choix !

      Supprimer
    2. Merci pour ce beau compte rendu. Je ne vais pas manquer de lire ce roman. Merci aussi de m'avoir fait ainsi découvrir Constance de Salm. Bonne journée à vous

      Supprimer
    3. J'ai adoré la découvrir, elle est dans tous les excès et c'est beau à lire.
      PS : La couverture de votre dernier livre est géniale ;-)

      Supprimer
  2. J'avoue je ne lis pas les préfaces et post faces je suis grillée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le fais pas toujours, mais là, la préface était de l'auteur et la postface était sa bio donc ... pourquoi pas !

      Supprimer
  3. Je vais m'empresser de le lire pour mieux comprendre le coeur des femmes.
    Honnêtement c'est une très belle critique que tu nous offre là. Des mots toujours justes et une plume de june qui nous embarque systématiquement et nous donne une envie folle de lire ce que tu lis.
    Merci beaucoup.
    Continue ces belles critiques qui nous embarqués vers des lectures diverses et variees avec comme fil rouge des lectures plus intéressantes les unes que les autres.

    A bientôt.
    VR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, et merci de me suivre ;-)
      J'alerte quand même sur le fait que ça reste un classique, donc il faudra s'attendre à une certaine tournure dans le texte. Bonne lecture avec ton papillon !

      Supprimer
  4. Voilà qui donne envie, c'est comme un huis clos avec soi-même. Je note cette lecture

    RépondreSupprimer
  5. Eh bien voilà un livre que je ne connaissais pas mais qui me tente beaucoup. Je suis contente de voir que cette lecture t'a plu, June. ;) Ce roman entrait parfaitement dans la catégorie de mars : en plus, l'auteure est féministe (même si le terme est un peu anachronique pour la période) et semble avoir un fort caractère ! ;) J'aime les femmes de lettres pleines de convictions.
    Je note ce roman, sans savoir quand je le lirai, mais il est certainement qu'il rejoindra un jour ma PAL. Et j'aime tellement son titre ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu trouveras un peu de temps pour le lire, il n'est pas très long mais offre un beau moment de lecture ;-)

      Supprimer